Lecture : 8 min.

Les 3 catégories de troubles du sommeil : les comprendre pour mieux les soigner

Troubles du sommeil
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur email

À la fin d’une longue journée, vous n’avez qu’une envie : vous coucher dans votre lit et dormir d’un sommeil de plomb jusqu’au lendemain matin. Toutefois, tout le monde n’a pas la chance de s’assoupir en quelques secondes pour un repos réparateur. Les multiples troubles du sommeil peuvent vite devenir une source de souffrance au quotidien. L’agitation nocturne nuit à votre métabolisme et à votre santé mentale. Bien dormir en se laissant aller dans les bras de Morphée s’impose. Comment soigner un repos perturbé ? Cet article vous dit tout sur les différentes perturbations de votre phase de repos afin de pouvoir les pallier.

Comment se met en place le sommeil ?

Les différentes phases du sommeil

Bien que la phase d’endormissement diffère d’un individu à l’autre, en moyenne une personne adulte dort entre sept et huit heures par nuit après une période de trente minutes d’assoupissement.

Cependant, ne stressez pas à l’idée que vous ne parvenez pas à dormir sur une aussi longue plage horaire. Chaque individu a son propre rythme et des besoins spécifiques en matière de repos.

Lorsque vous dormez, vous passez par plusieurs cycles de sommeil de 90 minutes en l’absence de troubles du sommeil.

La première phase d’un cycle est celle du sommeil lent profond. Elle commence par un endormissement léger avant que l’activité du cerveau ne diminue progressivement et que le cœur ralentisse. Elle favorise la récupération physique de la journée et la reconstitution des réserves énergétiques des organes.

Ensuite, la deuxième phase du cycle, appelée le sommeil paradoxal, augmente votre activité cérébrale. À ce moment de la nuit, vous rêvez.

Les troubles du sommeil viennent parasiter l’une de ces périodes, ce qui va vous réveiller et dégrader la qualité de votre repos.

Repos réparateur
Bien dormir, le secret d’une vie heureuse ?

L’essence d’un profond assoupissement

11 jours et de 25 minutes correspond à la plus longue période pendant laquelle un humain est resté éveillé.

Outre le fait que le sommeil soit essentiel à la survie, il est aussi primordial pour rester en bonne santé.

Le repos nocturne présente donc de nombreux bienfaits si vous ne souffrez pas de troubles du sommeil :

  • facilite un bon développement cérébral, notamment chez l’enfant ;
  • favorise l’apprentissage, car le sommeil permet de consolider la mémoire et les informations acquises durant la journée ;
  • aide à réguler la production de plusieurs hormones comme le cortisol, l’insuline et celles de l’appétit (ghréline et leptine).

Les troubles du sommeil augmentent les risques d’obésité chez certaines personnes ou ont une incidence sur la réponse immunitaire aux infections.

Quels sont les principaux troubles du sommeil ?

1. L’insomnie : trouble du sommeil le plus connu

L’insomnie est la perturbation du repos la plus courante. L’insomnie concerne principalement les adultes. Elle affectait 16,9 % des femmes contre 9,1 % des hommes en 2017. Cette perturbation donne une impression d’avoir peu ou mal dormi, et peut se manifester de différentes manières :

  • difficulté à l’endormissement ;
  • réveils nocturnes ou précoces ;
  • mauvaise perception du sommeil ;
  • etc.

L’insomnie occasionnelle, c’est-à-dire un trouble qui survient pendant quelques nuits, se distingue de l’insomnie chronique qui est diagnostiquée quand le sommeil est dérangé au minimum 3 fois par semaine depuis au moins 3 mois.

Autre type d’insomnie : l’insomnie transitoire qui correspond à un dérèglement occasionnel qui devient chronique. Le sujet qui en souffre développe une peur de l’endormissement.

Insomnie
Vos activités du soir impactent votre nuit. Optez pour un bon livre plutôt que pour une énième consultation de votre messagerie

2.     L’hypersomnie : un sommeil omniprésent

L’hypersomnie constitue une augmentation excessive du temps de sommeil, on parle de narcolepsie ou d’hypersomnie idiopathique.

Elle peut être causée par un problème de sécrétion au niveau d’un neurotransmetteur appelé hypocrétine ou par une prédisposition génétique.

L’hypersomnie peut aussi être liée au syndrome de Kleine-Levin, une maladie neurologique rare.

Les symptômes de l’hypersomnie sont nombreux :

  • somnolence diurne excessive, voire périodes de sommeil irrépressibles ;
  • troubles de l’attention ;
  • désorientation ;
  • comportements automatiques ;
  • les hallucinations sont également des conséquences de l’hypersomnie.

L’hypersomnie se manifeste parfois par des paralysies du sommeil ou des ivresses de sommeil, c’est-à-dire une très grande difficulté à se lever le matin.

Hypersomnie
L’hypersomnie vous donne envie de dormir constamment, impactant votre quotidien

3.     La parasomnie

Les parasomnies sont des troubles du sommeil qui se caractérisent par des comportements indésirables pendant l’endormissement, le sommeil ou la phase d’éveil. La parasomnie n’a pas forcément d’incidence sur votre journée.

Les parasomnies les plus connues sont le somnambulisme, les cauchemars et les terreurs nocturnes. Elles peuvent aussi refléter un trouble du comportement lors du sommeil paradoxal qui se traduit par une verbalisation vulgaire ou des mouvements agressifs.

Les crampes dans les jambes, l’apnée du sommeil ou le bruxisme nocturne (grincement des dents la nuit) font également partie des parasomnies.

Agitation nocturne
La parasomnie impacte votre nuit au même titre que les autres troubles du sommeil

Quelles sont les causes et les conséquences d’un repos perturbé ?

Les facteurs aggravant un mauvais endormissement

De multiples explications existent pour justifier vos problèmes d’endormissement et votre difficulté à dormir plusieurs heures sans phases d’éveil.

Penchez-vous sur votre hygiène de vie pour comprendre vos troubles du sommeil. Les mauvaises habitudes au quotidien peuvent avoir d’importantes répercussions sur la qualité de votre assoupissement et causer des insomnies occasionnelles.

Les écrans, les excitants, une nourriture trop grasse ou une activité physique tardive doivent être réduits à leur strict minimum si vous souhaitez bien dormir.

Le stress et l’anxiété peuvent également être la source d’insomnies occasionnelles ou chroniques. Dans les cas les plus graves, la dépression empêche l’endormissement. Dans cette situation, consultez un professionnel pour vous aider à retrouver un repos serein.

Enfin, certaines maladies spécifiques vont troubler le sommeil, comme :

  • l’hyperthyroïdie ;
  • l’asthme nocturne ;
  • le reflux gastro-œsophagien ;
  • le syndrome des jambes sans repos ;
  • le syndrome d’apnées obstructives du sommeil ;
  • les troubles du rythme circadien ;
  • etc.

Les effets d’un sommeil troublé

Le manque de sommeil se ressent physiquement et entraîne de nombreuses conséquences négatives sur votre organisme :

  • surpoids ;
  • diabète ;
  • aggravation de troubles respiratoires et cardiovasculaires.

Le sommeil compte aussi pour le bon développement cérébral. En être privé vous expose à des troubles psychologiques aux lourdes répercussions sur votre vie professionnelle et personnelle.

La privation de sommeil provoque une baisse des performances. Le manque de vigilance peut alors être à l’origine d’accidents de la vie plus ou moins graves.

La fatigue et l’irritabilité qui résulte d’une privation de sommeil entraînent à long terme des difficultés relationnelles familiales, amicales et professionnelles. Traitez vos troubles du sommeil au plus vite pour ne pas impacter votre qualité de vie.

Comment soigner les troubles du sommeil ?

Un environnement propice à l’endormissement

Afin de prévenir les troubles du sommeil, instaurez une atmosphère idéale pour vous endormir.

Pour cela, certains éléments néfastes à l’assoupissement sont à retirer de votre environnement. Comme nous l’avons déjà évoqué, supprimez les excitants, comme le café et les sodas, après 16 h.

Réalisez vos activités sportives, intenses ou stimulantes avant 19 h.

Mangez léger le soir et évitez l’alcool au moins le temps de retrouver un sommeil plus serein et de comprendre avec certitude d’où viennent vos difficultés à tomber dans les bras de Morphée.

Maintenez un rythme régulier, en vous couchant et en vous levant à heures fixes, y compris le week-end.

Se coucher dès les premiers signes de fatigue est indispensable, de préférence avant 22 h 30.

N’oubliez pas d’aérer suffisamment votre chambre chaque matin et d’y maintenir une température comprise entre 15 et 19 °C pour réduire vos troubles du sommeil.

Bien sûr, évitez les écrans avant de vous coucher et plongez-vous dans une parfaite obscurité. La lecture représente une bonne activité pour trouver la sérénité et bien dormir.

Somnolence
Somnoler pendant la journée peut avoir des conséquences graves, comme une perte de vigilance conduisant à des accidents

L’aide médicamenteuse pour traiter les troubles du sommeil

Si vos difficultés à vous endormir sont chroniques, consultez un médecin au plus vite afin qu’il pose son diagnostic et vous prescrive le meilleur traitement.

En général, les traitements médicamenteux et la psychothérapie peuvent résoudre rapidement des problèmes de sommeil légers.

Pour des insomnies qui ne sont pas liées à des maladies particulières, mais plutôt au stress et à l’anxiété, demandez un avis médical pour savoir si des antidépresseurs et des anxiolytiques vous aideraient. Si votre quotidien est fortement impacté par votre manque de sommeil, vous ne pouvez en effet pas continuer comme ça.

Les somnifères sont à consommer avec encore plus de parcimonie, car ils créent une accoutumance et soulagent la fatigue sans véritablement traiter sa cause. En cas d’hypersomnie, votre médecin vous préconisera un traitement pour vous dynamiser.

Les centres du sommeil offrent de suivre une thérapie comportementale et cognitive du sommeil (TCC). Vous réapprenez à adopter une bonne hygiène de vie et à connaître des techniques afin d’échapper au cercle vicieux de l’insomnie chronique et guérir de vos troubles du sommeil.

Les TCC permettent de modifier les comportements et les pensées sur le sommeil de façon à retrouver des nuits réparatrices.

Les méthodes naturelles et les médecines douces pour bien dormir

Les solutions naturelles aident à retrouver en toute sécurité un apaisement nocturne. La ditation et la sophrologie constituent de bons moyens pour vous détendre et vous recentrer sur le positif afin de lutter contre vos insomnies.

En vue de vous aider dans votre quête d’apaisement, vous pouvez vous intéresser à la luminothérapie. L’écoute d’une musique douce et la lecture d’un roman avant de vous coucher sont recommandées pour retrouver la voie des rêves.

Des méthodes ancestrales ont fait leurs preuves pour leurs impacts positifs sur le sommeil se trouvent aussi à votre portée :

  • l’acupuncture est une méthode chinoise qui consiste à planter des aiguilles sur des points stratégiques du corps et du visage pour réactiver les centres d’énergie ;
  • le shiatsu est une méthode japonaise d’étirements et de compressions de certaines zones du corps afin de favoriser la circulation de l’énergie.

Les huiles essentielles ou les élixirs floraux peuvent vous aider. Certains possèdent la vertu de calmer le stress et de faciliter l’endormissement pour vivre des nuits complètes.

Vous savez désormais que les causes des troubles du sommeil sont nombreuses et appellent des traitements spécifiques. Si vous éprouvez des difficultés à fermer l’œil, essayez quelques-unes de nos recommandations de manière à être apaisé avant l’endormissement.

Si votre manque de repos perturbe vos journées, initiez-vous à la sieste régénératrice en complément des autres solutions que vous avez trouvé dans cet article. Eco-6-Themes vous invite également à découvrir les meilleurs blogs bien-être pour retrouver la zénitude et la sérénité qui aident à bien dormir.

Article invité rédigé par Typhanie Bachelet

Découvrez d’autres articles Éco-6-Thèmes :